rencontre nana benz au Togo à Lomé WAX PARIS

WAX-PARIS est souvent en vadrouille à Lomé et j'ai eu le plaisir de rencontrer plusieurs personnalités sur place, dans les marchés, de dévorer des livres sur les fameuses "nanas Benz"...

Je partage avec vous ces beaux portraits et ces chemins de vie inspirants...

Encore aujourd'hui, nous n'osons pas nous lancer dans certains projets et il est admirable d'étudier ses portraits de femmes et leur parcours de vie étonnant...

En 2016, nous hésitons parfois en 1930 elles ont osé et réussi.

Ces portraits semblent inspirés par une phrase intemporelle : "Cela semble toujours impossible, jusqu'à ce qu'on le fasse." Mandela.

Je me tourne vers le Togo, pour vous parler de l'histoire de femmes entrepreneurs qui ont transformé Lomé en capitale du tissu-pagne grâce à leur courage d'entreprendre dès 1930 dans un univers masculin.

Les "nanas Benz" sont des femmes togolaises dans les années 30 qui ont entrepris la vente de tissus wax, également nommé pagne dans cette page de l'histoire. Wax étant le terme plus anglo-saxon, néerlandais et pagne est un terme plus francophone, nous utiliserons dans cet article le terme de pagne pour parler du tissu wax pour respecter le vocabulaire de ces dames.

Voici en quelques points les préjugés que les "nanas Benzs" ont bousculés :

> Passionnée, elles ont démontré aux hommes, leur capacité à sélectionner les pagnes tendances qui se vendraient le mieux car elles avaient cette petite "flamme" en plus, parfois imperceptible voir incompréhensible qui leur permettrai de sentir le marché...

> Déterminée à s'ouvrir une porte sur les échanges commerciaux réservés jusqu'à présent aux hommes, car elles leur ont fait comprendre que leur passion leur permettrait d'être les meilleures pour créer des tissus, les sélectionner et les revendre...Un entrepreneur se doit d'être déterminé, il ne doit plus avoir d'excuse pour ne pas avancer...

> Mama, "devenir mère" en Afrique est souvent un statut respectable et donne presque des super "pouvoirs", elles ne voyaient pas ce changement de statut comme un poids comme on aime à le faire croire aux femmes européennes d'aujourd'hui. Au contraire, une volonté encore plus forte à bien vendre pour mieux nourrir sa famille. En résumé, une maman serait bien plus déterminée à réussir qu'une jeune femme.

> Capacité de persuasion, les "nanas Benz" qui pouvaient transformer une cliente en ambassadrice, bien avant la mode de nos bloggeuses d'aujourd'hui, elles avaient leurs followers et savaient se vendre à travers l'image de "nana".

> Persuadé d'aller au-delà de leurs limites, elles ont eu une clientèle fidèle et ont réussi à s'enrichir. Elles ont même acheté des "mercedes Benz" voiture d'exportation allemande vraiment chère ce qui a donné le surnom de "nanas Benz" seule femme ayant pu accumuler assez de richesse pour investir à la fois dans l'immobilier et dans des voitures.

> Eduquées, il est souvent dit que ces premières "nanas" étaient peu éduquées en réalité, elles ont appris avec leur propre expérience. En effet, il ne faut jamais oublier qu"éduquer une femme c'est éduquer toute une nation" et grâce à leur expertise acquise elles ont voulu pour leur enfant des études qu'elles considéraient comme meilleures et elles épargnaient pour les envoyer en Europe.

 

 Cependant, nous leur rendons aussi hommage car la concurrence et le marché de Lomé qui a brûlé à rendu ces dernières années compliquées pour elles et les "nanettes" (la nouvelle génération de "nanas") qui doivent faire face à la concurrence de fabrication de tissus "bon marché" doivent faire preuve de grande débrouillardise pour s'en sortir aujourd'hui...
Nous ne pouvons donc que souligner l'importance d'acheter du tissus made in Africa et de soutenir ces femmes qui doivent répondre à un nouveau challenge !